banniere du site www.avant-train-latil.com

LA LETTRE DE L'ACTIONNAIRE LATIL


Le Capital social qui était de 31.968.750 francs en 1939 a été porté en 1947 à 103.115.000 francs par incorporation des Réserves. La Société possède des usines à Suresnes et à Saint-Cloud.


En conformité des résolutions de l'Assemblée Générale Extraordinaire du 12 juin 1939, le capital social a été porté de 21.312.500 francs à 31.968.750 francs par l'incorporation au capital social d'une somme de 10.656.250 francs, prélevée sur le compte "Réserves". En représentation de cette augmentation de capital, il est créé 68.750 actions de 155 francs nominal, entièrement libérées, qui sont attribuées aux propriétaires des 137.500 actions anciennes de 155 francs représentant le capital social avant l'augmentation ci-dessus, tout possesseur de 2 actions anciennes ayant droit à l'attribution de 1 action nouvelle, sans qu'il soit tenu compte des fractions.
Les actionnaires devront faire leur affaire personnelle du groupement de 2 actions anciennes ou d'un multiple de ce nombre. Ceux des actionnaires qui n'auraient pas un nombre d'actions anciennes correspondant à un nombre entier d'actions nouvelles pourront se réunir pour exercer leur droit, sans qu'il puisse résulter de ce fait une attribution indivise, la Société ne reconnaissant qu'un seul attributaire pour chaque action.
Ces 68.750 actions nouvelles, dont les droits sont identiques à ceux des actions anciennes, sont créées jouissance de l'exercice ayant conmmencé le 1er mars 1939. En conséquence, dès le détachement des actions anciennes, le 2 octobre 1939, du coupon n° 38 représentant le solde du dividende de l'exercice 1938-1939, toutes les actions tant anciennes que nouvelles représentant le capital social auront droit, dans les bénéfices qui pourront être répartis pour l'exercice ayant commencé le 1er mars 1939 et pour les exercices ultérieurs, au même dividende net.
Les 68.750 actions de 155 francs représentant l'augmentation de capital de 21.312.500 francs à 31.268.750 francs ne seront pas cotées, mais leur admission à la Cote officielle de la Bourse de Paris sera demandée.
(Conseil d'Administration du 28 septembre 1939)


On offre en ce moment aux actionnaires LATIL d'acquérir au prix de 80 francs 1 action de la Compagnie Générale d'Entreprise Automobiles pour 4 actions Latil qu'ils détiennent.
Cette société, au capital de 7.500.000 francs, est une filiale de Latil qui lui fournit le matériel avec lequel elle exploite les services de l'enlèvement des ordures ménagères dans diverses villes de province de moyenne importance et quelques services commerciaux.
Ses résultats ont été jusqu'ici satisfaisants, mais la nécessité d'amortissements importants - amortissements indispensables pour alimenter régulièrement Latil en commandes de matériel neuf - ont toujours limité l'élasticité du dividende : en fait, celui-ci est fixé, depuis 12 ans, au chiffre invariable de 12 francs.
Un tel revenu serait du reste particulièrement intéressant, pour un titre qu'on offre à 80 francs seulement.
Mais on remarque que ce prix n'est inférieur que de quelques francs au cours de 80 francs actuellement inscrit au Parquet sur l'action Compagnie Générale d'Entreprise Automobiles et que ce cours lui-même est le plus bas de l'année, contre 148 au plus haut ; on observe, d'autre part que, si l'entreprise a jusqu'ici très bien marché, on ne possède aucun renseignement sur la durée des contrats restant à courir avec les municipalités, ou sur les résultats de ses exploitations de transport.
La Bourse qui, de toute façon, ne peut établir la valeur du droit à un niveau supérieur à celui que lui assigne le prix du titre en Bourse, le fixe naturellement à un chiffre dérisoire : 1 franc. On ne saurait cependant tirer de cette dépréciation aucun argument décisif pour ou contre l'intérêt de l'opération.
Mais les actionnaires de LATIL ont jusqu'au 21 pour exercer leurs droits. Il leur reste le temps de se renseigner auprès de la Société mère en leur qualité d'actionnaires sur les points que nous avons signalés ci-dessus. Il paraît difficile qu'elle ne les renseigne pas avec diligence.
(Journal des Finances du vendredi 3 décembre 1937)


La Société réserve à ses actionnaires, du 22 novembre au 21 décembre 1937 inclus, un droit de préférence à l'acquisition, au prix de 80 francs par titre d'un certain nombre d'actions de 100 francs de la Compagnie Générale d'Entreprise Automobiles qu'elle détient en portefeuille, à raison d'une action Entreprise Automobile pour 4 actions Automobiles Latil, à titre irréductible.
Les demandes seront reçues contre remise du coupon n° 34 : la taxe sur le revenu afférente à cette opération est supportée par la Société. Cotation du droit jusqu'au 16 décembre 1937.
(Journal des Finances du vendredi 26 novembre 1937)


Parution au Bulletin des Annonces Légales Obligatoires (B.A.L.O.) du 26 janvier 1931 :
Augmentation du capital de 20 millions à 33 millions par la création de 40.000 actions de 250 francs dites "A", et introduction en Bourse de ces titres ainsi que des 36.000 actions anciennes "A".
Depuis le 29 janvier 1929, les 36.000 actions A nouvelles de 250 francs, libérées et au porteur, n° 36001 à 72000, de cette société, sont admises aux négociations de la Bourse, au comptant, sous la même rubrique que les actions A anciennes.
(Journal des Finances du vendredi 30 janvier 1931)


A la cotation, les Automobiles Industriels Latil restent fixés à 750 fr.
L'Assemblée extraordinaire du 31 juillet 1929 a approuvé le texte de l'article 8 des statuts par lequel le Conseil est autorisé, dès à présent, à porter le capital jusqu'à 50 millions de francs.
(Journal des Finances du vendredi 9 août 1929).


A la cotation, les Automobiles Industriels Latil, nouveaux venus au Parquet, s'inscrivent à 750 fr.
Les comptes de l'exercice au 28 février 1929 se soldent par un bénéfice de 8.312.198 fr. contre 5.650.512. Solde disponible : 8.504.384 fr.
Le Conseil proposera à l'Assemblée du 31 juillet un dividende de 30 fr. brut par action de 250 fr. (contre 60 fr. par action de 500 fr.) et de 18 francs brut par action nouvelle non libérée, répartition absorbant 1.872.000 francs contre 1.080.000.
Il sera affecté 1.066.012 francs aux amortissements et 3.737.907 francs aux réserves.
(Journal des Finances du vendredi 2 août 1929).


Fondés en 1912, Les Automobiles Industriels Latil (Anciens Etablissements Charles Blum et Cie), s'étaient acquis dès avant 1914 une bonne réputation dans la fabrication des véhicules pour le transport des charges lourdes. Pendant la guerre, leur tracteur à quatre roues motrices fut utilisé pour la traction de l'artillerie lourde. Après la guerre, la Société poussa la construction de ses différents type de tracteurs, routiers et agricoles, et entreprit la fabrication de camions de type poids lourds de 1.500 à 5.000 kilos de charge utile.
Les usines Latil, situées à Saint-Cloud et à Suresnes, s'étendent sur plus de 3 hectares : elles sont dotées d'un outillage perfectionné pour l'usinage et le montage. A Paris, par l'intermédiaire de la Compagnie Générale d'Entreprises Automobiles, la Société Latil exploite un garage pouvant abriter 150 voitures.
Son activité commerciale s'exerce non seulement en France où elle a des représentants dans toutes les villes, mais aussi en Amérique du Sud, en Russie, en Extrême-Orient et en Afrique. En Angleterre et en Belgique, elle a créé des filiales.
A l'origine de 1.200.000 fr., le capital social a été porté à 9 millions, puis en novembre 1928, à 20 millions. Il est représenté par 80.000 actions de 250 francs, dont 8.000 actions B, donnant droit à 5 voix dans les assemblées et 72.000 actions A, ne donnant droit qu'à une voix. Les 36.000 actions A qui représentent le capital ancien et ont été introduites au début de juillet, au marché officiel au comptant, sont entièrement libérées ; les 44.000 actions nouvelles A et B ne sont encore libérées que d'un quart. Le Conseil est, d'ores et déjà, autorisé à élever le capital jusqu'à 50 millions par la création d'actions A.
Il existe, en outre, une dette obligataire de 12 millions de francs sur lesquels il restait en circulation au 31 mars 1928, 5.450.000 fr.
Signalons que les parts de fondateur sont rachetable, mais sans que leur prix de rachat puisse être inférieur à vingt fois la moyenne du montant des cinq derniers dividendes votés par l"assemblée des actionnaires.
Avant sa transformation, réalisée en 1928, de société en commandite par action en société anonyme, les bénéfices obtenus par les Automobiles Industriels Latil représentaient plus de 68 % de leur capital. Voici du reste quels ont été les résultats financiers de la période antérieure à cette transformation :

  Bénéfice
(en 1.000 fr.)
Amortissements
(en 1.000 fr.)
Résultat
(en 1.000 fr.)
Dividendes totaux Dividendes par action
1923-24 1.911 549 650 676 8 %
1924-25 3.797 839 2.050 900 12 %
1925-26 4.822 948 2.800 1.080 12 %
1926-27 5.052 642 3.300 1.080 12 %
1927-28 5.651 1.138 3.350 1.080 12 %

Les résultats obtenus par la Société, sous sa nouvelle forme, viennent d'être publiés. Ils accusent une sensible progression sur ceux de 1927-1928, l'augmentation du chiffre d'affaires ayant suivi le développement des moyens de production autorisé par l'augmentation du capital de novembre 1928. Bien que cette émission soit de réalisation récente et que les trois quarts de capitaux souscrits soient encore à appeler, la réalisation d'une partie de son programme d'amélioration de l'outillage a permis à la Société d'augmenter pendant l'exercice ses fabrications de plus de 30 %. Les bénéfices nets se sont élevés à 8.312.198 francs.
A l'assemblée du 31 juillet, le Conseil proposera de maintenir le dividende à 12 % soit à 30 fr. brut par action de 250 fr. contre 60 fr. par action de 500 fr. Les actions nouvelles non libérées recoivent 18 fr. brut. Cette répartition absorbera 1.872.000 fr. D'autre part, il sera affecté 1.066.012 fr. aux amortissements et 3.737.907 fr. aux réserves.
La comparaison des bénefices réservés et des sommes distribuées indique quelle prudence préside à la gestion de l'entreprise. Elle explique la faveur avec laquelle la Bourse a accueilli à leur introduction les titres d'une entreprise qui tout en faisant participer ses actionnaires à sa prospérité, ne cesse pas de consolider sa situation financière.
(Journal des Finances du vendredi 26 juillet 1929).


Automobiles Industriels "LATIL" - Charles BLUM et Cie.
Société en Commandite par action au Capital de Neuf Millions de francs.
Siège social : rue de Longchamp, Suresnes (Seine).
Placement de 14.000 obligations 6 % de 500 fr. nets de tous impôts présents et futurs. (Emission autorisée par l'Assemblée générale du 20 mai 1920).
Ces obligations rapportent un intérêt annuel de 30 fr. payable par semestre, le 1er janvier et 1er juillet de chaque année. Elles seront entièrement assimilées aux 10.000 obligations émises en 1919. Elles seront remboursables au pair en vingt ans, à partir de 1924.
Le remboursement s'effectuera par tirages au sort annuels, à raison de 700 titres par tirage. La Société se réserve le droit d'augmenter les remboursements ou de rembourser totalement l'emprunt, mais seulement à partir de 1924 et moyennant un préavis de six mois. Tout remboursement anticipé devra coïncider avec l'échéance d'un coupon.
La Société s'engage à ne consentir aucun privilège sous forme de garantie hypothécaire au profit de ses créanciers actuels ou futurs, sans en faire bénéficier proportionnellement les obligations de la présente émission.
Prix d'émission : 490 francs. Jouissance 15 août 1920.
Le premier coupon à l'échéance du 1er janvier 1921 sera exceptionnellement de 11 fr. 25.
Les demandes sont reçues dès maintenant à la Banque Nationale de Crédit à Paris, et dans toutes ses succursales et agences.
En conformité de la loi du 30 janvier 1907, la note ci-dessus a été publiée au numéro du 28 juin 1920 du Bulletin des Annonces Légales Obligatoire.
(Journal des Finances du samedi 21 août 1920)


La société Automobiles Industriels Latil qui, comme nous l'avons déjà annoncé, émet actuellement à 490 fr., par les soins de la Banque Nationale de Crédit, 10.000 obligations de 500 fr., 6 % nets d'impôts, présent et à venir, est une des plus anciennes affaires spécialisées dans l'industrie des poids lourds.
Elle a été constituée sous sa forme actuelle en 1912, mais elle prenait la suite d'une entreprise privée datant de 1909. Au moment de la déclaration de guerre, elle venait de mettre en marche de nouvelles installations, à Suresnes, qui lui permettaient de tripler la production de ses tracteurs bien connus. A cette branche d'affaires qui survivra à la guerre, la Société a ajouté la construction du matériel agricole Tourand-Latil qui a donné de brillants résultats au concours que la Chambre Syndicale de la Motoculture organisa à La Verrière en septembre dernier. Il y a là un débouché intéressant pour la Société qui a déjà un carnet de commandes bien rempli et qui doit effectuer ses premières livraisons de charrues automobiles en février prochain.
(Journal des Finances du samedi 18 janvier 1919)


La Société des Automobiles Latil (Charles Blum & Cie) Société en commandite par actions, au capital de 3 millions de francs et dont le siège social est à Suresnes (Seine), procède en ce moment au placement de 10.000 obligations de 500 fr. 6 % nets de tous impôts présents et futurs et remboursable au pair en 20 ans, à partir de 1924.
Le prix d'émission est fixé à 490 fr. avec jouissance au 17 janvier 1919.
(Journal des Finances du samedi 4 janvier 1919)



Cliquez ici pour remonter en haut de la page !

© www.avant-train-latil.com 2005 - 2017 © Copyright


Suivez-nous sur Facebook